Appareil auditif et Presbyacousie

Appareil auditif et Presbyacousie

Environ 6 millions de français souffrent aujourd’hui de problèmes d’audition. Seuls 25% d’entre eux sont appareillés car les appareils auditifs coûtent chers. Aussi, 80% des personnes appareillés  sont atteintes de presbyacousie. Nous allons ici vous expliquez ce qu’est la presbyacousie et pourquoi il faut s’en occuper.

Mais qu’est-ce que la presbyacousie ?

La presbyacousie est une perte progressive de l’audition, liée à l’âge. Généralement bilatérale et symétrique, elle intervient surtout dans les fréquences élevées (4à 8 kHz) lesquels permettent une bonne perception des mots. Il s’agit du vieillissement uniquement, comme on dit communément, c’est être dur de la feuille ! Bien sûr, La perte auditive peut être renforcé par l’exposition au bruit excessif mais, s’il s’agit de lésions, ce n’est plus de la presbyacousie.

Les hommes sont plus souvent atteints de presbyacousie. Elle touche les individus de manière variable et inégale et se manifeste plus fortement après 60 ans, mais commence déjà insidieusement après 45 ans. C’est pourquoi il est bon de s’y intéresser aux environs de la cinquantaine en consultant un ORL.

Pourquoi et comment apparaît la presbyacousie ?

L’apparition de la presbyacousie peut notamment être favorisée quand se rajoutent à cette baisse naturelle, des troubles antérieurs…

·        d’ordre pathologique : passé d’otites répétées, otite chronique, surdité médicamenteuse, surdité brusque…

·        liés au travail : exercice professionnel dans des milieux bruyants (industrie, mécanique, bâtiment …)

·        liés aux loisirs : chasse et tir, concerts et baladeurs …

En cas d’exposition trop fréquente à ces facteurs à risque, la presbyacousie peut se manifester encore plus tôt.

La presbyacousie correspond à des mécanismes divers, et dont les effets se combinent généralement :

·        Perte de souplesse des mini-muscles qui gèrent le dispositif des osselets

·        Perte progressive des cellules ciliées externes de la cochlée qui permettent à notre oreille interne d’amplifier les sons qu’elle reçoit et qui l’aide à les discriminer, etc.

Mais ce n’est pas tout, la presbyacousie semble également conditionnée :

·        Par des facteurs génétiques : il existe des familles où la presbyacousie se manifeste plus tôt et plus intensément. Le vieillissement précoce de la cochlée et sa fragilité devant certains médicaments sont génétiquement déterminés.

·        Par l’artériosclérose : elle peut réduire la vascularisation de la cochlée et donc son oxygénation.

Comment peut-on reconnaître la presbyacousie ?

La presbyacousie induit la perte des hautes fréquences permettant d’entendre les voix. Ainsi il est difficile de distinguer les voix dans un milieu bruyant (basses fréquences).

Perte de l'audition

Environ 80% de l’énergie de la parole se trouve dans les graves, ce qui conduit le presbyacousique à recevoir une proportion importante de l’énergie de la parole, et à ne pas être « sourd » à la plupart des bruits de son environnement. Mais 60% de la compréhension est basée sur les 5% de l’énergie qui se trouvent dans l’aigu.

La presbyacousie nuit donc à la compréhension des conversations du fait de la perte progressive des hautes fréquences. Ce phénomène est amplifié lorsque les conversations ont lieu dans un environnement bruyant ou réverbéré (cinéma, théâtre…). Le bruit et la réverbération émettent des fréquences graves qui viennent masquer les fréquences aiguës permettant la perception des voix. Ainsi, les chuchotements, les consonnes sifflantes (S, Z, CH) ou fricatives (F ou V), ainsi que les voix féminines ou enfantines sont de moins en en moins perceptibles. Pour suivre une conversation, un presbyacousique aura alors tendance à lire sur les lèvres ou à faire répéter ses interlocuteurs.

Dans un second temps, avec l’aggravation progressive de la maladie, les personnes atteintes vont s’isoler peu à peu, pensant que les interlocuteurs ne parlent pas assez fort, trop vite ou sans articuler. Cette réaction leur permet de ne pas être confrontées à la maladie.

Des symptômes dépressifs et de désocialisation peuvent alors survenir et nuire considérablement à la qualité de vie. L’impact socio-économique est très important car la perte d’audition entraîne finalement des baisses de performances professionnelles et complique les relations sociales.

L’appareillage, une solution préventive efficace? :

La presbyacousie est une perte progressive, comme nous l’avons vu plus tôt. Cela veut bien dire que si le phénomène n’est pas enrayé alors il s’aggrave. Ce qui est perçu dans un premier temps comme une gêne peut alors évoluer vers un handicap. Nous disposons tous d’un capital auditif à la naissance. Notre capacité à en prendre soin et à le préserver dépend donc de notre parcours. Il apparaît alors clairement que plus le problème est traité en amont, moins les conséquences seront pesantes. L’appareillage est à envisager dès lors que la personne atteinte de presbyacousie, ou son entourage,  s’en rend compte.

Aujourd’hui, le coût des prothèses auditives représente un véritable problème en France. Avec 1550€ en moyenne par oreille et un reste à charge moyen de 1100€ par oreille, le taux de renoncement à l’appareillage est de 58%. La France est un des pays de l’Europe le moins appareillé. Fort heureusement, de nouveaux appareils auditifs bien plus abordable arrivent comme  alternative à aux prothèses auditives classique, démocratisant ainsi le traitement de la presbyacousie. Appelés assistants d’écoutes, ils sont spécialement conçus afin de répondre aux symptômes de la presbyacousie.

Vous pouvez retrouver cet article sur le site: www.lesmaisonsderetraite.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *